Conseils employeurs BTP

Votre activité

Les travaux de maçonnerie engendrent de nombreux accidents. Pour les jeunes travailleurs du BTP il existe des travaux interdits et pour lesquels aucune dérogation n’est possible, on peut citer pour exemple :

  • Les opérations réalisées sur des installations électriques sous tension ;
  • Les travaux de blindage ou d’étaiement comportant des risques d’ensevelissement ou d’effondrement ;
  • Les travaux réalisés dans des conditions de températures extrêmes ;
  • Les travaux temporaires en hauteur sans protection collective.
  • Les jeunes travailleurs ne peuvent également désormais plus être exposés à des vibrations mécaniques atteignant les valeurs limites journalières.

Il est préférable que chaque nouvel embauché puisse bénéficier d’un tutorat par un salarié plus ancien dans l’entreprise. L’employeur doit vérifier les éventuelles formations suivies par le salarié :

  • Habilitation électrique et pour quel niveau
  • Conduite d’engins et type de CACES
  • Montage et démontage échafaudages, etc.
  • SST, PSC1, gestes et postures, etc.

L’employeur devrait remettre ces documents à chaque nouvel embauché :

  • Le livret d’accueil
  • Le règlement intérieur
  • Les horaires de travail
  • La fiche de poste

Il doit l’informer sur :

  • Les horaires de travail (les aménagements lors des fortes chaleurs)
  • Les consignes particulières de travail
  • Les conditions d’exécution du travail
  • Les dispositifs et mesures générales de protection collective
  • L’utilisation et l’entretien des protections individuelle
  • L’interdiction de certains travaux pour les mineurs (ex: travail en hauteur)
  • La conduite à tenir en cas d’accident, etc.

NB : faire émarger le salarié L’employeur est responsable de la sécurité de ses salariés et doit leur remettre les équipements de protection individuels (EPI) adaptés en fonction de l’évaluation des risques :

  • Chaussures de sécurité
  • Masque
  • Gants
  • Protections auditives
  • Vêtements de protection
  • Casque
  • Lunettes
  • Harnais antichute, et ligne de vie, etc.

Depuis le 1er juin 2012, tout employeur devra avoir désigné un ou plusieurs salariés compétents, chargés de s’occuper de la protection de la santé et de la prévention des risques professionnels dans l’entreprise. L’employeur a également une obligation d’information vis-à-vis de ses salariés. Il doit organiser et dispenser une information sur les risques pour la santé et la sécurité ainsi que les mesures prises pour y remédier.

L’employeur doit réaliser un Document unique d’évaluation des risques professionnels couramment appelé « Document Unique » (Décret n° 2001-1016 du 5 novembre 2001). Votre Service de Santé au Travail peut vous donner les conseils nécessaire à sa mise en place.

Le Code du travail met à la charge des employeurs de nombreuses obligations pour protéger la santé physique et mentale des salariés (Art. L4121-1 du Code du travail). Le chef d’entreprise a une obligation générale de sécurité et de résultats. La réglementation prévoit que les entreprises doivent posséder et mettre à jour différents registres. Certains registres ne sont pas imposés par la réglementation mais permettent malgré tout à l’entreprise d’assurer un meilleur niveau de prévention et une traçabilité de ses actions.

  • Registre des observations
  • Registre de sécurité
  • Registre des avis de danger grave et imminent
  • Registre de consignation des alertes (santé publique et d’environnement)
  • Dossier relatif à l’emploi des explosifs dans le bâtiment et les travaux publics
  • Registre de surveillance médicale renforcée
  • Registre d’entretien des véhicules et engins (hors appareil de levage)
  • Carnet de maintenance des appareils de levage

Mais le code du travail attribue également au salarié des droits et devoirs :

  • Droit de retrait
  • Respecter les consignes données par l’employeur (règlement intérieur)
  • Prendre soin de sa santé et de sa sécurité au travail ainsi que celles des autres.